mapossa_logo_blanc_edited.png
blog

Comment n'avoir quotidiennement "QUE" des dépenses réfléchies ?

Mis à jour : sept. 17



Soyons honnêtes... Nous aimerions tous prétendre qu'effectuer uniquement des dépenses réfléchies est une chose simple. Avoir de la franchise c’est d’admettre que cela est difficile, surtout de s’y tenir et en faire une habitude. D’ailleurs pour la majorité des gens, l'idée même de vivre selon une limitation financière n’est pas réjouissante.


Dans cet article, nous discuterons des trois principales raisons pour lesquelles nous sommes soumis à des dépenses superflues et quelles mesures pouvons nous prendre pour surmonter ce problème.




Pourquoi échouons-nous à faire des dépenses réfléchies une habitude ?


Parlons des fumeurs (je m’en fou si je m'attire les foudres des grand groupes de vente de cigarettes).


Commençons par visualiser ce que nous entendons par dépenses superflues récurrentes.


Que vous en soyez un accro de cigarettes, ou un consommateur occasionnel, la première information primordiale est :


Combien vous coûte cette dépense par jour ? 200 F CFA/Jour ? 500 F CFA/Jour ? ou un paquet à 1000 F CFA/Jour ?


Le résultat est que pour un paquet à 1000 F CFA par jour , les fumeurs renoncent à 30 000 F CFA d'épargne mensuel (bien sûr pour ceux qui sont mordus) dans un compte d’assurance vie. Soit l’équivalent environ de 8 millions de F CFA pour un épargne sur 20 ans. La cigarette est clairement un produit de dépenses superflues.


Quand on sait qu’il existe une myriade de rapport sur la santé qui démontre la nocivité exponentielle de la cigarette on se demande pourquoi ces entreprises ont encore une chiffre d’affaire positif.


C’est fou, non ?

Vous dépensez bien plus inutilement que vous le pensez...


Mais il y a pas que les fumeurs qui font des dépenses superflues...

Je suis pas du tout masochiste, mais bon comme j’ai parlé d'honnêteté et franchise, je me dois de suivre le pas…


Allez, je me lance!


En 2015, quand je suis rentré définitivement au Cameroun (les Mbenguistes me comprendront facilement), j’avais une très grosse appréhension contre l’eau de “la SNEC” (les moins de 25 ans ne peuvent pas comprendre: "l’eau d'Oboufeugue"). Ce qui m’a conduit à consommer plus d'une bouteille de 1.5 litre d’eau minérale par jour…


Était-ce bien malin ? Je me le demande encore aujourd’hui.


J’achetais 2 packs de 6 bouteilles par semaine. ce qui correspond à une consommation de 2 500 F CFA par semaine soit 10 000 F CFA par mois soit 120 000 F CFA par an.

Alors que j’aurais pu trouver une eau gratuite en achetant simplement un filtre ultra performant dans un commerce au Marché Centrale.


Le pire dans cette histoire est que: non seulement je polluais la planète avec les déchets plastique des bouteilles , mais je me faisais dépouiller le portefeuille.



Le but de mes propos n’est pas de vous faire renoncer à l’eau embouteillée ou à la cigarette du jour au lendemain (c’est d’ailleurs rarement possible), mais plutôt d’identifier qu’il y a des économies à faire sur des dépenses superflues. N’est-il pas temps de repérer où elles se trouvent ?


Dans cet objectif de visualisation des dépenses réfléchies, n’oublions pas nos achats impulsifs. Je parle là des achats qui nous semblent excellents sur le moment, comme cette magnifique chaussure WESTON ou cette luxueuse ceinture HERMES, mais qui, au bout de quelques jours, on les regrette car l'objet de l'achat est devenu inutile.



EMEKA, une jeune mère de famille vivant à Yaoundé rendait son mari complètement fou par ses achats impulsifs. Elle a un faible pour les belles robes et les sacs à main.


A chaque fois qu’elle rentrait avec un nouvel article, son mari ne pouvait s'empêcher de demander : “J’espère que tu as discuté le prix”… “A combien l’as-tu acheté?”..."As-tu vérifié en ligne si tu pouvais trouver un meilleur prix ?"


Après plusieurs prise de bec, EMEKA et son mari se sont entendu sur un début de stratégie : un plan de dépenses réfléchies.


Lorsque la jeune femme allait dans un magasin de la ville, elle prenait une photo de son coup de cœur et l’envoyait à son mari. Il avait alors deux semaines pour trouver en ligne le même article sinon, elle le commandait en boutique au prix affiché. Mais comme EMEKA me l’avoua d’un air stupéfait, plus de 80% du temps, son mari trouvait ce qu’elle convoitait à un meilleur prix.


Donc en vous inspirant d’EMEKA et son mari, cherchez en ligne le moyen de trouver votre bonheur, ça permettra de vous sentir mieux, vous et votre compagne.


Cette démarche donne vraiment de bons résultats mais ne forme pas un ensemble d’habitudes qui permet de découvrir et démontrer : pourquoi les dépenses superflus sont monnaie-courantes ?



Parce Que nous ne traduisons pas le but de faire “des dépenses réfléchies” en un objectif concret, qui se doit d'être une habitude récurrente.


A la fin de la journée, lorsque vous vous posez cette question : mes dépenses (petites ou grandes) m’ont-elles apportée l'excitation habituelle ?


Il est particulièrement difficile d'y répondre, parce que la question posée est un but et non un objectif. Lui même (le but) repose sur des sentiments et des émotions que nous ressentons lors de nos achats.


Comment traduire le But d’avoir des dépenses réfléchies en un Objectif (de préférence S.M.A.R.T)?



#1 Je vous propose 3 étapes pour une exécution réussie de vos buts financiers


Mais avant, entendons-nous bien :


Il ne s’agit pas de vous priver, mais d’adapter vos habitudes de consommation de manière à ce qu’elles reflètent vos valeurs fondamentales. Apprenons donc ce que c’est à travers des étapes simples.


Etape 1: Un But sera atteint que si l’objectif auquel on l’assujetti est concrètement exprimé. Et comme les objectifs sont fondamentalement SMART (spécifique, mesurable, ambitieux, réalisable, temporel c'est à dire limité dans le temps), la définition de l’exécution devient la priorité.


Ainsi, pour un but défini autour des dépenses réfléchies, l'objectif est le passage d’un nombre X à un autre nombre Y sur une période déterminée. Une fois que vous l'avez fait, vous avez votre plan de dépenses réfléchies à moitié exécuté.




Pour être pratique dans cette étape, l’objectif de votre plan de dépenses réfléchies peut être:

  • Avoir 80% des transactions planifiées sur le prochain budget trimestriel ;

  • Effectuer 90% des dépenses prévues après avoir éditer une liste de courses.


Etape 2: Une fois L’objectif SMART défini, vous devez décomposer son exécution en un plan d’étapes progressives que je nommerai : le plan de dépenses réfléchies. Vous pouvez diviser cette réalisation, soit mensuellement, soit de manière hebdomadaire en tenant compte de la période déterminée plus haut.


La meilleure façon d’établir un plan de dépenses réfléchies ou de manière pratique de planifier un budget c’est d’identifier des étapes réalisables. C’est cet aspect d’effets cumulés que vous devez implémenter dans le progrès de votre gestion financière personnelle.


Etape 3: Toutes ces étapes doivent être évaluées. Cela nécessite donc l’identification des actions à mener concrètement, ainsi vos habitudes quotidiennes implémentées resteront à long terme si vous prenez conscience de leur intégration.


La chose à savoir sur les habitudes est que contrairement à la volonté, elles fonctionnent bien si vous avez de l’autodiscipline. Chaque jour qui passe, vous vous verrez devenir une meilleure personne, une personne qui n’a pas abandonné et qui fait de son mieux.


C'est donc la seconde cause principale de notre échec à faire des dépenses réfléchies une habitude (bien sûr après l’établissement d’un objectif en un plan de dépenses), est que nous n’implémentons pas un suivi pas à pas de nos progrès.



#2 Parce Que nous ne suivons pas nos transactions dans un Tableau de Bord (un calepin ou une application mobile).



Les mauvaises habitudes ont la peau dure

"Ce qui n’est pas mesuré n’existe pas"

disait le physicien Niels Bohr



Dans le point précédent, nous avons discuté sur le fait que si notre objectif est clairement défini, les étapes progressives réalisables de son exécution sont décrites et que les actions sont implémentées à notre quotidien, alors le but est atteint plus facilement.


Cela nous amène au prochain grand challenge: celui de savoir pourquoi l’habitude de faire des dépenses réfléchies s’estompe très souvent au bout d’un moment ?


Plusieurs recherches mettent en évidence le fait que la perception que nous avons de nos objectifs nous éloignent de leurs réussites. Pour atteindre le but des dépenses réfléchies, il est nécessaire d’effectuer un suivi de celles-ci (les dépenses). C’est d’ailleurs la cause numéro une de l’abandon.


Ne pas savoir clairement et concrètement où nous en sommes par rapport à ce qui a été parcouru et ce qui reste à faire, est ce qui nous paralyse mentalement malgré les aspects positifs de notre objectif.


Concrètement, mesurer permet de s’améliorer. Le simple fait de mesurer l’intention d’une action permet à une personne de faire l’intégration de l’action en habitude.


Si sur votre bloc-notes vous observez une différence positive des dépenses entre deux périodes successives, le fait de mesurer ces dépenses permet de les réduire : C’est donc ça la magie du suivi.


Mais qu’est ce qu’est exactement le suivi ?

  • C’est un système mis en place qui vous rappelle régulièrement votre objectif

  • Il met un point d’honneur à exprimer le délai et l’action à accomplir.


Quelle effet a le suivi ?

  • Vous gérez mieux votre volonté d’amélioration ;

  • Il vous permet de savoir ou vous en êtes avec votre objectif ;

  • Il vous permet d’ajuster votre attention et vos ressources continuellement.


La chose importante à comprendre ici c’est que le suivi n’est que l’implémentation d’une habitude dans votre quotidien pour l’atteinte d’un objectif ou d’un but. Ainsi mettre l’accent sur ses habitudes encore appelées mesures prédictives conduit inexorablement à des effets sur les mesures de résultat en adéquation avec les actions définies.



#3 Parce Que nous n’avons pas essayé d’effectuer des dépenses réfléchies de manière stratégique


Atteindre un objectif nécessite une stratégie (encore plus s’il est financier). Mais ce qu’il faut impérativement savoir c’est qu'une stratégie sans tactique n’a aucune chance de vous permettre d’atteindre votre objectif.


Avoir un but sur des dépenses réfléchies est une chose, mais pour qu’il se réalise cela nécessite d’une part une formulation S.M.A.R.T autour des mesures de résultats et l’identification des habitudes qui actionnent les mesures prédictives que vous pouvez influencer. Ensuite, un suivi sur un outil tel qu’un tableau de bord est primordial pour maintenir la cadence de ses habitudes.


Cette méthode inspirée du livre Les 4 disciplines de l’exécution, de Sean Covey, peut être visualisée concrètement dans la pratique de la manière suivante :

  • Identification d’un objectif clé prioritaire qui présente la mesure de résultat

  • Définition d’une stratégie qui identifie les habitudes ou mesures actionnables

  • Une méthode de suivi qui renforce la cadence.


Prenons un exemple pour voir cette méthode dans la pratique.

Objectif : Passer d’une épargne de 5000 F CFA à 7500 F CFA par semaine avant la fin du trimestre en cours.


Stratégie : Faire les courses une seule fois par semaine et faire une budget une seule fois par mois.


Tactique : Utiliser un outil de suivi d’habitudes financières comme The Smarwallet de Mapossa pour associer une catégorie à chaque transaction de paiement.


Si vous intégrez cette méthode dans l’élaboration d’une stratégie pour tous vos objectifs S.M.A.R.T, avec des mesures influençables et de la discipline, vous vous retrouverez à accomplir de manière très efficace, des buts qui vous aurait semblés impossibles.



Tu as une aubaine saisi là maintenant!



Que vas tu faire à présent ?

Comme nous l’avons identifié au long de cet article, pour atteindre un objectif, il n’y a pas de raccourci. Nous devons nous surpasser sur le chemin du succès par l'autodiscipline en transformant nos actions quotidiennes en habitudes financières saines.

Même si vos efforts ne portent pas fruit, ajustez votre stratégie, peaufinez votre tactique et ajustez votre concentration sur des habitudes clés.


90 % des personnes qui suivent leurs transactions de paiement augmentent leurs chances de succès et par ricochet diminuent celles de l’échec. Goûter au succès rend plus heureux, surtout lorsque vous avez conscience de ne pas avoir abandonné dans l'adversité.



Merci d'avoir pris le temps de lire.

Surtout laissez des commentaires s'il y'a des éléments que vous n'avez pas compris ou sur lesquels vous souhaitez apportez de plus amples informations.

A très bientôt pour un prochain article.